Un bébé pour l’été

Un bébé pour l'été

La semaine dernière je vous parlais de changement de vie, de bouleversement… mais je ne vous avais pas tout dit. J’ai volontairement omis de vous parler bébé.

Au cas où le titre de ce billet ne serait pas assez explicite, je vais annoncer les choses plus clairement : je suis enceinte ! Et la petite merveille est prévue pour le début de l’été, le 23 juin pour être un peu plus précise.

Vous l’aurez compris, cette nouvelle, n’est pas tellement nouvelle pour moi. Mais je voulais attendre d’être sûre que tout allait pour le mieux pour en parler officiellement (même si j’ai laissé quelques gros indices par-ci par-là).

Ce bébé que je désirais tellement

On rembobine un peu petit peu

Si vous le voulez bien, je vais commencer par faire un léger retour en arrière pour vous expliquer le projet bébé. D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours adoré les enfants, c’est certainement un tantinet cliché, mais que voulez-vous c’est la vérité.

Dès que j’ai eu l’âge de travailler, j’ai passé mon BAFA et j’ai travaillé dans des centres de loisirs. J’ai fait ça pendant toutes mes vacances durant des années, et j’adorais ça.
Plus tard, j’ai même commencé mes études à la fac dans le but de devenir professeur des écoles ; je voulais travailler dans les maternelles. Ce projet a vite été avorté : le fonctionnement de l’université, la longueur des études… (mais cela reste toujours dans un petit coin de ma tête).

Je précise qu’à ce moment de ma vie, j’étais déjà en couple avec Matthias. Et l’idée de faire des enfants me passait déjà par la tête. Mais il faut dire que je suis quelqu’un de relativement raisonnable. Je voulais faire les choses dans l’ordre : avoir une relation sérieuse, faire des études, trouver un boulot stable, prendre un chat ou un chien et ensuite faire un bébé…

La raison l’emportant sur le reste, le bébé ce sera pour plus tard.

Mais c’est quand plus tard ?

Les années passent, nous évoluons, je fais mes études, puis Matthias reprend les siennes… Et si finalement je ne m’arrêtais pas au BTS, ou même au bachelor ? Et si je me lançais dans le master ? Parce que j’adore ce que je fais, ce que j’apprends me passionne.

Je finis mes études, mais ce sont les plans de l’amoureux qui changent. Il veut faire un métier qui le passionne, qui demande de l’investissement et de nombreux bouleversements. Je le soutiens, comme il l’a toujours fait avec moi. Parce que je suis fière de lui, et que même si ça change un peu les plans, faire quelque chose qui nous plaît dans lequel on se sent utile c’est important.

Le projet Paris est lancé, nous allons partir mais nous ne savons pas quand, ce qui n’aide pas du tout. De mon côté l’envie de faire un bébé est revenu de plus belle. Mes études sont finies, et même si je n’ai pas de travail fixe, cela ne semble plus être la chose la plus importante finalement.
Mais Matthias veut attendre, attendre que j’aie un boulot fixe, attendre d’être à Paris, attendre d’être plus confortables financièrement… il est raisonnable.

Difficile d’attendre quand on désire un bébé

On ne va pas se mentir, j’étais extrêmement frustrée et je ne vivais pas super-bien les choses. C’était plus fort que moi, je ne pensais qu’à ça, avoir un bébé. C’était devenu presque obsessionnel, et c’était insupportable, à la fois pour moi mais aussi pour Matthias.

Nous avions pris la décision d’attendre, même si ce n’était pas ce que je voulais, nous étions d’accord qu’il était plus raisonnable d’attendre, même si l’envie était là.
Globalement j’évitais de trop parler de ça avec Matthias car je sais que ça lui faisait de la peine de me savoir triste à propos de ça, et clairement ce n’était pas l’objectif. Je ne voulais pas qu’il change d’avis simplement parce que je lui faisais de la peine. Non, hors de question !

C’est donc avec ma maman que j’avais de très longues discussions à ce sujet, et elle comprenait, mon point de vue, le sien… Et elle a proposé une solution, que j’ai trouvée bête un moment, puis que j’ai envisagée plus sérieusement. Elle m’a dit « prenez un chat, tu verras ça vous fera du bien ».

Les chats, j’y suis allergique, mais genre beaucoup, c’est pour cela que jusque-là nous n’en avions pas. Même si on crève d’amour pour ces petites boules de poils.
Et un jour un ami nous dit qu’il vient d’adopter un chat, qu’il reste encore sa petite sœur, nous montre la photo… et là : je craque ! Le lendemain je vais chercher la boule de poils et quand je la ramène à la maison Matthias fond d’amour pour la petite bête.

Les semaines et les mois passent, et curieusement, ça fonctionne. Je pense moins au fait d’avoir un bébé, je donne beaucoup d’attention à la nouvelle venue, c’est mon petit bébé à moi. Et deuxième bonne surprise, je n’y suis pas beaucoup allergique, presque pas en réalité, mon corps a dû s’habituer.

Et puis finalement on s’est lancés

Monsieur a changé d’avis

Comme je vous le disais plus haut, avec Monsieur, on évitait de parler bébé depuis quelque temps. Parce que les choses n’avaient pas changé, et que nous ne voulions pas nous disputer à ce sujet.
Mais un jour, il y a à peu près un an, Matthias a remis le sujet sur la table. J’étais surprise, je ne m’attendais pas à ce qu’il ait envie d’aborder à nouveau le sujet, et pourtant…

Il me dit qu’il a envie qu’on le fasse un enfant, pas dans les semaines qui suivent mais pas dans très longtemps. Je vous laisse imaginer le bonheur que j’ai ressenti, j’étais aux anges !

Après une longue (très longue) conversation, nous nous mettons d’accord sur une date pour arrêter la contraception. Ce sera à la fin de l’été, ainsi nous pourrons profiter à loisir de notre dernier été dans le Sud avant de nous lancer.
A ce moment-là, nous savons désormais qu’à la fin de l’année nous déménagerons pour la région parisienne. Et que si tout se passe normalement, je devrais être enceinte à peu près au même moment. Mais on ne se met pas la pression, on se dit que faire un bébé ça prend du temps.

Bébé est arrivé relativement vite

La date est vite arrivée, le 28 août j’ai retiré mon contraceptif. Je me souviens de ce jour, c’était si particulier de se dire : « Ca y est, on va faire un bébé ». Je savais que ça n’allait pas arriver le jour même, mais je me suis sentie euphorique à cette idée.

Un mois passe, et je suis en retard, je fais un test au bout de 3 jours de retard : Rien. Une légère déception et puis après tout, mes cycles n’ont jamais été réguliers donc bon.
Au 7ème jour de retard, rebelote, je fais pipi sur la bandelette et toujours rien. Je commence à trouver ça bizarre et je me dis que c’est surement parce que je me focalise dessus que ça n’arrive pas.

2 jours plus tard je me rends à la pharmacie (je ne sais plus pourquoi), et j’en parle à ma pharmacienne, qui me dit que des fois, il faut attendre quelques jours pour les tests soient positifs. Très bien, je rachète un test, et j’attends le lendemain matin pour le faire.

Le lendemain, dès le réveil, je vais faire mes petites affaires, sans grandes convictions. Et là, c’est le choc, un deuxième trait rose apparaît, très clair mais quand même il est là !

On va avoir un bébé !

Comprendre, réaliser et être sur un petit nuage

Premier réflexe, appeler l’amoureux pour lui annoncer la nouvelle : pas possible, il travaille et son téléphone est éteint. Deuxième réflexe, appeler maman ! Le pantalon encore sur les chevilles, le téléphone sonne et je dis à ma mère, qui est au travail : « surtout maman ne crie pas ! ». Trop tard, elle hurle dans le téléphone sans même que j’ai besoin de dire quoi que ce soit de plus.

Je vais être maman, et c’est complètement fou. Dans ma tête des milliers d’émotions se bousculent, une en particulier : le bonheur ! Impossible de retirer ce sourire béat de mon visage !
Il faut quand même être certain du résultat, je fais donc une analyse de sang, et je vais acheter un petit quelque chose pour annoncer la grande nouvelle à Matthias.

Tu vas être papa !

Annonce bébé grossesse

Les résultats tombent 1h avant que Matthias ne rentre du travail et c’est oui ! Je suis bel et bien enceinte. Il ne reste plus qu’à l’annoncer à l’amoureux. Pour cela, je suis assez fière de mon idée. Je suis allée acheter une tétine, que j’ai accrochée au collier de Lady (le chat).

Matthias rentre, et comme tous les jours, Lady va à sa rencontre pour son câlin quotidien. Il la caresse et se rend compte qu’elle a quelque chose de plus que d’habitude. Je suis assise sur le canapé, guettant sa réaction et là il voit la tétine. Je vois à son regard qu’il a compris, il me regarde avec ses yeux bleus remplis d’amour que j’aime tant et me dit : « t’es enceinte ? ».

Il vient à ma rencontre et m’enlace tendrement. Les larmes ne sont pas loin, et ce moment est tout simplement magique ! Je pense que si je devais décrire le bonheur, je décrirais ce moment de ma vie.

Une petite poupée qui va changer nos vies

J’ai beaucoup attendu avant de faire mon annonce, d’écrire cet article. Aujourd’hui, nous sommes en région parisienne, notre vie a fait un virage à 360 degrés, et ce n’est qu’un début.
On le sait depuis quelques jours, nous allons avoir une petite fille et elle est en pleine forme !

Je sais que ce billet est long, et qu’il n’intéresse peut-être pas grand monde, mais il me tenait à cœur de l’écrire. Je voulais partager mon début d’expérience et vous dire qu’être raisonnable c’est bien, mais que s’écouter c’est mieux.

Avec le recul je pense qu’il n’y a pas de moment parfait pour avoir un enfant, il y aura toujours quelque chose, une raison de ne pas le faire. Mais je pense que le plus important est de se faire confiance, et quand on s’aime et qu’on le désire ; peu importe le moment, ça ira !

Aujourd’hui je n’ai pas de travail fixe, je suis à mon compte, nous venons de changer de vie pour la région parisienne (on en parle ici), financièrement l’avenir est flou, Matthias commence un nouveau travail… et pourtant je n’aurais pas pu rêver meilleur moment pour avoir un enfant. Les plans sont faits pour être changés !

Et vous ? Je suis curieuse : racontez-moi vos histoires de grossesses, vos envies de bébé ou juste votre avis 😉

Laisser un commentaire